Edito

Qui se moque du temps...

Beaudelaire écrivait au XIXème dans son poème "L'Horloge" : "Souviens-toi que le temps est un joueur avide qui gagne sans tricher, à tout coup ! c'est la loi". Des propos empreints de tant de sagesse sur une notion que l'on ignore prodigieusement... Jusqu'au jour où la réalité vous apparait aussi limpide que cruelle : le temps file, vite. Très vite ! A peine le temps de vous en rendre compte, vous voilà quadragénaire. Les mots de ce poème résonnent alors avec force véracité et j'en fait personnellement l'étrange constat vingt années après ma première lecture : "Horloge ! dieu sinistre, effrayant, impassible"...

Pourtant, aujourd'hui, quand je me penche sur les années passées, légion sont les souvenirs heureux, les expériences enivrantes et les aventures exaltantes. Sur cette dernière décennie, j'aurai parcouru le Monde en long, en large et en travers. Surtout en travers, dans l'hémisphère sud, tant les mers chaudes et le soleil me comblent. Alors certes, le corps ne récupère plus comme auparavant mais l'esprit est plus mûr, serein, désireux de quiétude après tant de vagabondages... C'est incroyable comme je me sens un quadragénaire différent de ceux de l'ère de mes parents. A moins, que ce ne soit mon regard sur le Monde qui change tout simplement...

Un temps pour tout...

J'étais sur le départ quand j'écrivais ici pour la dernière fois. Je quittais la Réunion, convaincu d'en avoir fait le tour et de m'en être nourri jusqu'à la satiété. J'aspirais à de nouvelles aventures, d'inattendus horizons, un challenge original. J'étais assailli par ce besoin vital de tourner une page, de clore un chapitre pour écrire une histoire inédite. Mais la métropole m'oppressait à peine mon pied foulant le sol de mon enfance, écrasé par le poids de ce que j'avais fui. Alors, j'ai affronté pléthore de peurs et doutes pour entreprendre un nouveau voyage, seul, loin de mes amis et de ma famille, véritable introspection. Je ne dirai pas que j'ai réussi à combattre toutes ces peurs, mais il faut reconnaitre que j'en suis revenu plus confiant, libéré de certaines inquiétudes et convaincu que le nouveau chapitre ne pouvait se dérouler que sur cette terre bien connue : La Réunion.

Retour à la case départ, sans recevoir 20000 francs ! Les finances souffrent de tant d'hésitations et tergiversations ; c'est le prix à payer pour provoquer les choses. Les cartons changent d'adresse et repartent en sens inverse, leur contenu peu ou prou identique. La valise est déjà prête, à croire qu'elle est douée de raison et n'ignorait pas que je repartirai. Seulement cinq petits mois, "La Réunion lé toujours là" !

Prendre le temps...

Inexorablement je vieillis. Néanmoins, je demeure le même, avide des nouvelles technologies, autodidacte dans leur apprentissage et animé par cette soif de partager mes aventures. Le site est aussi impacté par ce temps qui passe, semblant figé pour l'éternité quand je le délaisse trop longtemps. Que nenni ! Il aura suffi de confronter derechef mon cerveau au code informatique pour le dépoussiérer un tantinet. Je ne me targuerai pas d'être un expert en la matière mais je peux m'enorgueillir de mes nouveaux efforts numériques. Premièrement, l'air du temps est au "responsive" ce qui signifie qu'il devrait s'adapter au format de votre navigateur et/ou appareil. C'est loin d'être parfait mais la marge de progression est nette. Ensuite, toujours dans un souci de lisibilité, j'ai supprimé le superflu pour que l'affichage sur les écrans plus petits soit moins encombré. In fine, c'est surtout pour eux que j'ai oeuvré. Ainsi, la page d'accueil voit certaines informations disparaitre au profit de la rubrique "ACTU" qui retrouve une légitimité en donnant un accès immédiat au film le plus récent. Enfin, le slider s'enrichit de quelques nouveaux clichés, juste pour le plaisir des yeux.

Cessez donc de courir après le temps et prenez quelques minutes pour découvrir la nouvelle mouture. Hnews vous (re)souhaite la bienvenue !

Derniers films